Il faut tout un monde pour éduquer le citoyen du village planétaire

Le premier atelier RelI@ vient de se terminer à Dakar

Discours d'ouverture de Geneviève Puiségur-Pouchin
Coordinatrice internationale de Reli@
Ressources en ligne pour Institutrices @fricaines
Pré atelier de Dakar
Sénégal,
22 octobre 2008


Monsieur le Ministre de l'Education chargé du préscolaire, de l'élémentaire et du moyen,
Monsieur le Conseiller technique de M. le Président de la République, chargé de la Coopération décentralisée et du Fonds de Solidarité numérique,
Madame la représentante du BREDA,
Monsieur le Doyen de la FASTEF,
Messieurs les représentants de la Région de Dakar et de la Mairie Sacré Cœur/Mermoz,
Monsieur le coordinateur du GEEP,
Madame la secrétaire générale adjointe de l'UDEN,
Mesdames les représentantes des bénéficiaires,

Au nom du groupe de pilotage de Reli@, et en tant que coordinatrice internationale, j'ai l'honneur et le plaisir de remercier le Ministère de l'Education , la FASTEF, le GEEP, la région de Dakar pour leur soutien à l'organisation de cet atelier, la Mairie de Sacré Cœur/Mermoz, l'ADEA , en la personne de son secrétaire exécutif, Jean-Marie Byll-Cataria, qui a permis la participation de nos collègues burkinabè, maliens et camerounais, Madame Ann Thérèse Ndong Jatta, directrice du BREDA, qui a permis la participation de son experte TIC, Virginie Torrens, la marraine de Reli@, Madame Aicha Ba Diallo, également directrice du FAWE, pour sa disponibilité et son soutien constant, Monsieur Mamadou Ndoye, parrain de Reli@, pour son expertise et son attention bienveillante, Madame Awa Wade, représentant les syndicats, le Ministre français de l'Education nationale pour sa contribution financière et son soutien moral, traduit par le patronage de cet atelier, l'association Sésamath qui a permis la participation de Sébastien Hache, l'entreprise Interwrite Learning pour sa contribution financière et technique, tous les représentantes et représentants de ministères, d'universités, de réseaux d'éducateurs et de formateurs, de groupes de travail ici présents et toutes les personnes qui vont faire des présentations sur les différents thèmes de l'atelier. Je témoigne également ma profonde gratitude envers toutes celles et ceux qui n'ont ménagé ni leur peine, ni leur temps, ni leur talent, pour que cet atelier puisse se tenir aux dates et dans les conditions prévues, et se sont mobilisés dans des conditions parfois acrobatiques pour en assurer le succès.
Je sollicite par avance votre indulgence pour les petits couacs qui risquent de se produire, l'imprévu étant de règle, et je sais que vous aurez à coeur de nous aider à y remédier.

Votre participation à cet atelier traduit non seulement votre engagement en faveur d'une éducation de qualité pour tous en Afrique, mais aussi votre conviction que les Technologies de l'Information et de la Communication utilisées de manière appropriées peuvent contribuer à y relever les défis de l'éducation.

Je ne vous présenterai pas les différents axes du projet Reli@, cette mission incombant à mon collègue et ami très cher Youssou Diop, coordinateur pour l'Afrique, mais, si vous le permettez, en rappeler, en quelques mots, l'esprit et les principes.

L'esprit du projet Reli@ repose sur la conviction que l'Afrique est la solution de l'Afrique, qu'il faut s'appuyer sur l'expérience, l'expertise, le terreau riche et fertile des acteurs locaux, les mieux à même d'élaborer des solutions appropriées en réponse aux recommandations maintes fois réitérées, que ce soit à Bucarest, à Tunis, dans le cadre de la Francophonie, ou récemment à Hammamet, lors de la récente Université numérique du FSN. Par ailleurs, Reli@ est pensé et élaboré non pas comme un projet de plus, mais au contraire comme une mise en synergie et une synthèse s'appuyant sur les dynamiques en cours, en capitalisant les acquis, en fédérant largement et en créant des coopérations riches et larges, dans le respect des spécificités de chacun, mobilisées vers un objectif commun. C'est pourquoi il intègre très largement les acteurs de l'éducation, de la formation, de l'insertion et de l'alphabétisation, et même au-delà, dans les domaines de l'agriculture et de la santé ; en effet, les besoins de formation dans ces secteurs clés sont immenses, et le modèle élaboré par Reli@ peut y être adapté.
C'est aussi pour cette raison que nous avons tenu à intégrer dès la 1ère heure dans le réseau de production et d'échange d'information et de formation, en partant du Sénégal, nos collègues d'autres pays d'Afrique et de la Francophonie.

Le respect et la confiance en la capacité des acteurs pour s'organiser et conduire le projet se manifeste aussi dans son pilotage double, le pilotage africain coordonné par le Sénégal s'effectuant en cohérence avec le pilotage international fédérant les grandes institutions partenaires naturels, ADEA, UNESCO, Francophonie, le lien étant assuré par la Coopération décentralisée et les partenariats déjà actifs entre régions. Le Sénégal est en effet le pays qui offre les meilleures chances de réussite sur tous les plans.

Dans le domaine des TIC, il offre une exceptionnelle conjonction d'opportunités, en terme de d'infrastructures, d'expertise, de richesse et d'engagement des acteurs. L'Etat du Sénégal est pionnier dans le domaine de la réduction de la fracture numérique, porté par la vision et la volonté politique forte et constante de son président, maître Abdoulaye Wade. Dans le secteur éducatif, la capacité endogène de production de contenus et d'outils pédagogiques numériques est robuste ; à ce titre, la FASTEF jouit d'une reconnaissance internationale.

Enfin , puisque l'on s'approprie mieux ce que l'on crée, nous avons privilégié une démarche constructiviste, participative et collaborative, partant des besoins et des attentes des bénéficiaires, associées à toutes les étapes, s'appuyant sur les ressources et expertises locales, complétée par l'appui technologique et scientifique des partenaires internationaux. A ce titre, Sésamath met à la disposition du projet son expertise du travail collaboratif et à distance, pour lequel il a reçu en 2007 le 3e prix UNESCO/Roi du Bahreïn sur l'usage des TICE, tandis qu'Interwrite Learning met deux Tableaux Numériques Interactifs à la disposition du projet.
Par ailleurs, le projet s'ancrant sur les ressources locales, il nous est apparu évident qu'il faut s'appuyer sur les Régions et les municipalités, qui s'investissent de plus en plus dans l'éducation, et faire jouer tout son rôle à la Coopération décentralisée.

Je laisse la parole à Ababacar Diop, directeur général de Sénéclic et conseiller technique présidentiel à la coopération décentralisée, puis à Youssou Diop, coordonnateur pour l'Afrique du projet, qui pourront préciser les différents axes du projet.

Je vous remercie de votre attention.



Appel de DAKAR pour la production panafricaine de ressources pédagogiques numériques libres.

Le projet Reli@ (Ressources Libres pour Institutrices/eurs Africaines) a tenu à Dakar du 22 au 24 octobre 2008, à la FASTEF (ex-ENS) le 1er atelier panafricain de partage d'expériences et d' élaboration de ressources pédagogiques numériques libres.

Cet atelier a réuni d'éminents spécialistes et chercheurs en éducation et en TICE, des enseignantes et enseignants, des représentants de syndicats, d'entreprises et de projets d'éducation, de personnes ressources du monde des TICE, du Burkina, du Cameroun, de France, du Mali et du Sénégal.,

Les participants ont unanimement salué la haute tenue et la richesse des échanges qui ont porté sur le potentiel d'opportunités offertes par les expertises, les dispositifs et les ressources disponibles et immédiatement mobilisables, afin d'améliorer la qualité des apprentissages et l'accès à l'éducation dans les pays d'Afrique francophone.

Reli@ mettra à profit les technologies de l'information et de la communication ainsi que des processus et des outils innovants, comme le tableau numérique interactif, pour créer et partager des ressources élaborées collaborativement et à distance.

Les participants ont réfléchi sur un ensemble de questions relatives au pilotage du projet, aux outils et méthodes appropriés, aux moyens d'accompagnement, en particulier les formations nécessaires et les appropriations de technologie, ainsi que les mécanismes de financement permettant son plein déploiement.

Les participants ont également constitué un groupe de travail chargé de mettre en place le 1er réseau panafricain de concepteurs de contenus numériques pédagogiques.

Les participants ont fortement exprimé leur volonté commune de rassembler leurs énergies et leurs compétences au service d'une Education de qualité pour toutes et tous.

C'est pourquoi, conscients des enjeux et de l'urgence d'apporter des réponses pertinentes pouvant être rapidement mises en œuvre, ils en appellent solennellement au chef de l'Etat, Maître Abdoulaye Wade, infatigable militant de la Solidarité numérique au service du développement, pour qu'il soutienne le projet Reli@.

Ils placent en lui toute leur confiance et leurs espoirs pour relayer leur volonté d'engagement auprès de l'Union africaine,du Nepad, de l'ADEA, du FSN, de l'UNESCO, de la Francophonie, des institutions internationales et bailleurs de fonds, afin qu'ils apportent leur aide au projet Reli@, contribution de l'Afrique en réponse aux défis posés à l'Afrique.

Les medias locaux s'en sont fait l'écho

Voir cet article du Soleil
TIC DANS L'EDUCATION : Le Relia veut améliorer la qualité

logo_relia_v13_s

La Faculté des Sciences de l'Education (ex-Ecole normale supérieure) de Dakar a abrité une rencontre sur le projet « Ressources en ligne pour institutrices africaines », destinée à améliorer la qualité de l'enseignement dans les pays du Sud par l'utilisation des outils et contenus numériques.




gpp_id1

Le projet dit : « Ressources en ligne pour institutrices africaines » (Relia) est prévu sur trois ans, de septembre 2008 à août 2011. Devant démarrer cette année, il sera ensuite étendu à d'autres pays de la sous-région. Selon la responsable du projet, Mme Geneviève Pouchin, il s'agit « de mettre l'outil numérique au service du partage du savoir enseignant ». Elle a ajouté que l'idée de Relia consiste « à élaborer un modèle collaboratif » pour que les enseignants des pays impliqués se saisissent des méthodes de production de contenus pédagogiques numériques et des processus de mutualisation approuvés au Nord, dans le respect des spécificités locales. Relia s'adressera, en particulier, aux classes de Cours moyen, niveau de scolarité très concerné par l'échec scolaire et la sortie des élèves sans qualification. S'adressant aux enseignants venus du Sénégal, du Mali, du Burkina Faso et du Cameroun, Mme Pouchin a déclaré : « votre participation à cet atelier traduit non seulement votre engagement en faveur de l'éducation de qualité pour tous en Afrique, mais aussi votre conviction que les Tic, utilisées de manière appropriée, peuvent contribuer à relever les défis ». Elle a exprimé sa confiance en la capacité des acteurs à s'organiser et conduire le projet coordonné par Youssou Diop du Sénégal, avant de se féliciter de la cohérence avec le pilotage international fédérant les grandes institutions partenaires naturels que sont l'Adea, l'Unesco, la Francophonie. Elle a assuré que le Sénégal est le pays qui offre les meilleures chances de réussite sur tous les plans. Plusieurs interventions du représentant de la Présidence, Ababacar Diop, du coordonnateur Youssou Diop, du directeur du Projet des volontaires, etc. ont permis aux participants de mieux connaître le projet.



Les travaux prennent fin ce vendredi, après la restitution des travaux en atelier.

A.THIAM

photo_famille_relia_s11
photo_famille_relia_s21


Voir aussi, article du Soleil, Reli@ présenté par l'ADEA à l'Université numérique du FSN et article Edusud