Il faut tout un monde pour éduquer le citoyen du village planétaire

thumb 1886Une intervention de Sir Ken Robinson, visible sur You Tube (anglais, 2 minutes 13, Teachers are like gardeners).
Sir Kenneth Robinson est un auteur, orateur et expert en éducation internationalement reconnu pour ses interventions en faveur du développement de la créativité et de l’innovation.

 

Traduction effectuée par Apréli@ : "L'éducation et nos vies en tant qu'êtres humains ne sont pas linéaires, comme dans un processus industriel, où vous savez d’avance où vous allez arriver en fonction d’où vous êtes parti.
Si je devais qualifier nos vies, je dirais qu’elles sont cycliques et en quelque sorte récursives ; elles connaissent des moments de croissance, elles alternent des saisons de croissance personnelle et de développement, suivies de saisons de jachère, et ce de façon continue, jusqu’à leur fin.

Tout comme les très jeunes, les personnes âgées ont encore la possibilité d’apprendre énormément sur elles-mêmes, si les conditions s’y prêtent.
Et je dis que c’est précisément cela le rôle essentiel des enseignants. Lorsque je disais qu’il fallait passer à une métaphore différente, de l’ordre du vivant, je pense qu’il faut passer d’une métaphore faisant référence à l’industrie à une métaphore portant sur l’agriculture. En effet, si vous y pensez, ce qui caractérise un bon jardinier, un bon fermier, c’est le fait qu’ils apportent à leurs plantes les soins qui leur permettent de croître et de prospérer. Sinon, ils peuvent mettre la clé sous la porte ! Mais l’ironie de l’histoire, c’est qu’on ne peut pas obliger une plante à pousser, personne ne le peut ! Ce que je veux dire, c’est que vous ne pouvez pas coller les racines, peindre les pétales et attacher les feuilles ; vous savez bien que la plante pousse par elle-même. Ce que vous avez à faire, c’est de mettre en place les conditions les plus favorables à sa croissance. Les bons jardiniers connaissent les conditions favorables, tandis que les mauvais jardiniers les ignorent.
De même, les bons enseignants connaissent les conditions favorables, tandis que les mauvais enseignants les ignorent. Avec un enseignement inadéquat, tout le potentiel des apprenants se dessèche et s'évanouit, alors qu’avec un bon enseignement, il s’épanouit et fleurit. Pour moi, être conscient que le développement est toujours possible, c’est vraiment l’aspect magique de l’enseignement.
Comme dans la Vallée de la mort, où tout semble figé, la vie peut se développer si vous connaissez les conditions qui la favorisent ; pour moi, le grand défi posé à l’enseignant, ce n’est pas de maîtriser sa discipline, mais de bien connaître ses élèves, et de mettre en œuvre les approches pédagogiques qui leur permettront de s’épanouir et de développer leur plein potentiel. Et je pense que cela ne concerne pas que les jeunes, mais bien tous les âges de la vie ; ce n’est pas juste quelque chose qui se passe dans notre jeunesse et avec quoi nous devrions faire pour tout le restant de notre vie !"