Il faut tout un monde pour éduquer le citoyen du village planétaire

Lundi 9 septembre 2013, à l'UNESCO (Paris, France), l'ONG ivoirienne Savoir pour mieux vivre, représentée par Madame Mical DRÉHI LOROUGNON, DG des Editions Edilis, a reçu le 3ème prix Confucius UNESCO d'alphabétisation. A cette occasion, Madame Lorougnon a répondu aux questions d'Apréli@.

 Vous venez de recevoir, des mains de SE l'ambassadeur de Chine en France, le 3ème prix Confucius UNESCO d'alphabétisation, pour l'ONG ivoirienne SA.PO.MI.VIE. Selon vous, qu'est-ce qui a amené le jury de ce prix prestigieux à distinguer ainsi SA.PO.MI.VIE parmi plus de 60 propositions de grande qualité venues du monde entier?

L'ONG SAPOMIVIE met l'action sur la prise en compte de l'autre en tant que personne ayant droit à une vie de bonheur, de joie et de paix quelque soit sa différence et sa spécificité. Connaître l'autre c'est se connaître soi-même. Là où ma liberté s'arrête, c'est bien là commence la liberté de l'autre. Le respect de l'autre me donne aussi du respect. Si je sais, l'autre doit savoir. Alors, comment lutter contre l'analphabétisme qui est pour nous comme un handicap intellectuel ? Quand on sait lire, écrire, calculer, on participe à son devenir. L'autonomisation de chacun c'est bien là le bonheur de vivre demain.

Quels sont les différents publics concernés par les activités menées par SA.PO.MI.VIE pour promouvoir les langues nationales ivoiriennes ?

L'ONG SAPOMIVIE s'adresse aux enfants, aux élèves, aux étudiants, aux travailleurs, à tous. Car connaître sa langue c'est ouvrir la porte de sa culture. Pour SAPOMIVIE, chaque langue est une brique pour participer à la construction du pays. Aucune langue ne doit être ignorée car elle porte en elle un secret qu'il nous faut découvrir, connaître et savoir. Pour SAPOMIVIE il y a un secret dans les langues pour le bien-être de chacun dans ce village planétaire qui de plus en plus devient accessible à travers la communication qui réduit de plus en plus les distances avec le développement des TIC. Les langues ivoiriennes s'écrivent et se lisent facilement car elles participent de l'alphabet phonétique international (API). Les particularités au niveau des tons peuvent s'écrire et se prononcer.

Certaines de ces langues nationales sont également parlées dans les pays limitrophes de la Côte d'Ivoire. SA.PO.MI.VIE noue-t-elle des collaborations ou mises en partage avec des structures des pays concernés elles-mêmes engagées dans la production de ressources dans ces langues transfrontalières?

SAPOMIVIE a entrepris de créer un partenariat avec les spécialistes des pays limitrophes. EDILIS qui soutient les actions de SAPOMIVIE à travers la réalisation des projets entre les éditeurs des pays limitrophes établi des liens pour faire la promotion des langues en partage. Avec Elam nous faisons la promotion du code de la route du dictionnaire mooré. Nous avons réalisé pour la zone cotonnière qui s'étend du nord de la Côte d'Ivoire au nord du Mali des ouvrages techniques pour la culture du coton.

Les ressources produites par SA.PO.MI.VIE sont-elles utilisées dans le système éducatif, formel et non formel? de quelle manière?

SAPOMIVIE travaille avec les spécialistes qui sont sur place à l'Institut de Linguistique Appliquée (ILA) de l'université Félix Houphouët Boigny de Cocody, la Société Internationale de Linguistique (SIL) et l'Alliance Biblique de Côte d'Ivoire (ABCI). SAPOMIVIE, avec les chercheurs réalisent certains syllabaires et des traductions pour la post-alphabétisation pour donner de la lecture aux nouveaux alphabétisés, ainsi prévenir l'illettrisme. Nos syllabaires se trouvent dans les librairies. Ils ont l'avantage d'être bien présentés (résultats d'un stage de 05 ans que nous avons eu à faire avec InWent, Coopération allemande qui a pris en charge la formation des agents EDILIS pour un environnement lettré) en langues africaines.

Les programmes d'alphabétisation de SA.PO.MI.VIE mettent l'accent sur les technologies de l'information et de la communication (TIC) ; les ressources produites par SA.PO.MI.VIE existent-elles au format numérique? Sont-elles librement accessibles par Internet ?

Nous sommes en train de réaliser notre site pour faciliter l'emploi du numérique. Une formation serait le souhait de SAPOMIVIE. Nous négocions pour assurer les documents pour au moins 60 langues. Nos sites et adresses électroniques sont les suivants : www.edilis.org ; www.sapomivie.org / Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ; Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes la Directrice Générale des Editions Edilis; quelle est la nature de la relation entre l'entreprise Edilis et l'ONG SA.PO.MI.VIE et quelles synergies/complémentarités existe t'il entre ces deux entités ?

EDILIS, dès sa création en 1992, a pris comme option le secteur de l'alphabétisation des adultes et de ceux qui ont quitté les bancs assez tôt. Ainsi :
- dès 1995 : La collection « Je couds, je lis, je calcule » des ouvrages pour une alphabétisation fonctionnelle qui prend en compte la couture. Cette collection comporte 02 niveaux en raison de 06 livrets par niveau et un guide-maître.
- En 1997 : La collection « Lisons tous, Tome 1 et Tome 2 » ainsi qu'un guide-maître.
- En 2001 : La collection « Parlons français, Tome 1 et Tome 2 » et un manuel de l'animateur.
- En 2004 : La collection « Savoir lire, un plaisir ».
- En 2013 : La collection « Lire pour mieux vivre » et son cahier d'activités.
- Pour accompagner l'alphabétisation en français, la collection « Je lis ma langue » qui regroupe les syllabaires en langues maternelles.
- Pour la post-alphabétisation, la traduction de romans (les confidences de Médor, la femme de mon père n'est pas ma mère, Bley et sa bande...), des recueils de contes, de proverbes, etc.
- En 2006 l'ONG SAPOMIVIE a été créée pour faire la promotion des langues maternelles à travers des manifestations.