Il faut tout un monde pour éduquer le citoyen du village planétaire

thumb 1863Interview de madame Akoua Dayé, Présidente du bureau exécutif de l'ONG "Psychologues Pour Tous".

Apréli@ : Madame la présidente, comment pourriez-vous présenter votre ONG ?

A. D.: "Psychologues Pour Tous" est une ONG qui s'inscrit dans l'amélioration de la qualité de vie, dans l'assistance à l'épanouissement social et à l'insertion professionnelle des individus. Nous intervenons dans le domaine social, dans le milieu carcéral, en milieu scolaire et en milieu hospitalier, bref, partout où il y a des hommes. Mais retenons que comme toute ONG, nous avons des textes qui régissent notre fonctionnement avec des statuts et règlements intérieurs et en plus, nous avons une charte du volontaire et un manuel de procédures. Notre siège est établi à Bondoukou.

Apréli@ : À quels besoins spécifiques répond la création de votre ONG, ou pourquoi une ONG de psychologues ?


A.D.: Dans un premier temps, il s'agit de rapprocher les populations des psychologues surtout que cette profession fait encore face à certains préjugés répandus au sein de la population. Notamment le fait de lier la psychologie au traitement de la folie ou à ne consulter le psychologue que quand ce ne va pas. Dans un second temps, il s'agit de faciliter la mise en pratique des psychologues.

Apréli@ : En deux années d'existence, quelles sont les principales activités menées par "Psychologues Pour Tous"?

A.D.: Tout d'abord, face au problème récurrent de grossesses en milieu scolaire, nous avons mené une campagne de sensibilisation à l'intention des élèves du lycée de Bondoukou. Ensuite, nous sommes intervenus en milieu carcéral, plus précisément à la maison d'arrêt et de correction de Bondoukou (MACB), ici l'objectif était de procéder à des séances d'écoutes des détenus en vue de la prise en compte de leurs préoccupations auprès de l'administration de l'établissement pénitentiaire. Par ailleurs, durant le mois de mai de chaque année, et plus précisément le 10 mai 2017, nous avons participé à l'organisation de la semaine de l'orientation en collaboration avec le bureau des inspecteurs d'orientation de Bondoukou. Cette journée est dédiée aux élèves et étudiants en vue de les outiller à mieux aborder le monde professionnel. Enfin en août 2016, à la suite du conflit entre éleveurs (Peulhs) et agriculteurs (Lobis) intervenus à Bouna, nous avons été sollicités par l'ONG "Save The Children" pour procéder à l'évaluation du niveau de traumatisme des femmes et des enfants ayant vécu les atrocités.

Apréli@ : Face à des populations peu confrontées à des psychologues dans leur quotidien, comment comptez-vous renforcer votre présence auprès d'elles ?

A.D.: Je dirais d'abord que nous comptons étendre nos activités sur l'ensemble du territoire ivoirien, aller partout où le besoin se fera sentir, quel que soit le lieu d'habitation et quelle que que soit les condition de vie des personnes. Ensuite, nous comptons véritablement promouvoir le savoir-faire et le professionnalisme (éthique et déontologie) qui caractérise la fonction du psychologue. Ainsi, nous allons concevoir des cliniques psychologiques mobiles pour sillonner le pays. Dans cette même veine, nous entendons parvenir à constituer une équipe d'intervention psychologie d'urgence. Ceci a pour objectif de venir en urgence aider les personnes qui sont dans le besoin, notamment les personnes accidentées et les cas de viols. Enfin, aller à la rencontre des différents acteurs intervenants dans le milieu éducatif, hospitalier, social etc, en vue d'initier des partenariats et des projets communs. Parce qu'en fait, notre ONG vivant sur fonds propres, nous sommes ouverts à toutes les initiatives pouvant nous accompagner dans la conduite des projets en cours et permettre la durabilité de notre action.

 

Save