Il faut tout un monde pour éduquer le citoyen du village planétaire

Le programme Sorosoro : En araki, Sorosoro signifie « souffle, parole, langue », et c’est ce nom très symbolique que nous avons retenu pour désigner notre programme de sauvegarde des langues menacées.

La langue araki n’est plus parlée aujourd’hui que par huit personnes au Vanuatu, un petit Etat du Pacifique où l’on trouve la plus grande densité linguistique au monde, une centaine de langues pour 200 000 habitants.

En araki, Sorosoro signifie « souffle, parole, langue », et c’est ce nom très symbolique que nous avons retenu pour désigner notre programme de sauvegarde des langues menacées.

Pour la langue araki comme pour beaucoup d’autres, le temps est compté. Le processus de disparition s’est considérablement accéléré au cours de ces dernières décennies et nombre de langues ne disposant plus que de quelques locuteurs vont disparaître très rapidement.

Bien sûr, sauvegarder l’ensemble des 6000 langues parlées aujourd’hui sur la planète relève de l’impossible : nous savons d’ores et déjà que seule une partie de notre héritage linguistique pourra être sauvée. Nous voulons néanmoins apporter notre pierre à l’édifice, et, en collaboration avec les autres acteurs du secteur, contribuer à préserver ce qui peut l’être, car ne pas agir reviendrait à se résigner à l’appauvrissement culturel de l’humanité.

Pour cela, avec le soutien de notre Conseil Scientifique, nous avons mis sur pied un programme en trois volets :

 

    • Un volet patrimonial

L’ambition de Sorosoro est de compléter le travail scientifique des chercheurs par une documentation audiovisuelle professionnelle :

- les scientifiques étudient et codifient les langues, établissent des dictionnaires, des grammaires etc.

- les équipes de tournage de Sorosoro les accompagnent sur le terrain pour filmer les éléments essentiels de ces langues et cultures menacées selon une charte établie conjointement.

Numérisés, stockés et classés au sein d’une base de données pérenne, les images et les sons recueillis, leurs transcriptions et leurs traductions, sont préservés pour les générations futures et servent de support d’étude pour les scientifiques.

    • Un volet de sensibilisation

Pour sensibiliser l’ensemble de la communauté internationale aux enjeux de la diversité culturelle et linguistique, Sorosoro a créé le site www.sorosoro.org.
Passerelle entre les scientifiques et le grand public, ce site participatif informe, rend accessibles les travaux des chercheurs, et met en lumière la richesse des cultures portées par ces langues menacées.
Disponible en 3 langues (français, anglais et espagnol), il est riche de centaines d’articles et de dizaines de vidéos. Il comprend aussi des cartes interactives où sont localisées 5 500 langues, un abécédaire, un quiz, etc.

    • Un volet de soutien aux populations autochtones

Les populations locutrices de langues en danger sont souvent les laissées pour compte de la mondialisation, et de nombreuses études montrent que leur développement ne se fera pas sans le respect de leurs cultures et de leurs langues.
S’appuyant sur ces données, Sorosoro soutient les actions de transmission de ces langues, leur revitalisation et leur utilisation, en particulier au service de l’alphabétisation et de façon générale dans le cadre de l’éducation.

Sorosoro